Search here...
0
TOP
Au coeur de soi Un regard

Sortir des cases pour revenir à son chemin

Lire en musique (Ben Howard - The Fear) : 

Je m’aperçois que je te parle souvent des cases de la société, du chemin, de ta vie, de ton droit à faire les choses à ta manière. Ce n’est pas que ce thème m’obsède haha, mais il contient quelque chose de fondamental qui demande souvent à se poser sur le papier.

La plupart d’entre nous avons grandi avec certains modèles en tête. Si tu as vécu dans un pays occidentalisé, tu ne peux pas totalement échappé aux injonctions de la société. 

Être productif.

Aller toujours plus vite.

Être ambitieux.se et voir grand.

Respecter certaines étapes de vie, miroir de ta réussite : être en couple, avoir un travail, gravir les échelons, t’installer dans une maison et avoir des enfants.

T’offrir sous ton meilleur jour.

Taire tes émotions en public.

Paraître sûr.e de toi, capable, volontaire.

Souffrir quand tu ne vis pas ce qu’il faudrait - si tu es célibataire, si tu n’as pas encore de travail, si tu te poses beaucoup de questions…

Être différent, sortir des cases, film asphalte

Asphalte, Samuel Benchetrit, 2015

On nous donne un protocole. Une façon de vivre. De ressentir. D’agir. Et on se juge tant les uns les autres. On se critique si on ne respecte pas ces schémas, on critique les autres s’ils en sortent (parce que l’autre est toujours un miroir de soi, finalement).

Même dans les histoires, on rencontre parfois cette façon de penser.

Le héros traverse maintes épreuves, pour au final… rectifier le tir de ses maladresses et entrer dans l’un de ces schémas.

Il était seul et peut enfin jouir de la vie car il termine en couple.

Il était paumé et peut enfin souffler car il a trouvé un travail et une belle position dedans en prime.

Il était sujet aux angoisses et au mal-être et il en sort vainqueur en ayant appris à imposer ses vues sur celles de l’adversaire. 

Changer fait peur, déstabilise et demande de l’énergie, mais est aussi libérateur. Voici mes 7 conseils pour changer de vie et aller au bout de sa décision.

Comprenons-nous bien : toutes ces facettes extérieures sont des expériences riches, qui valent la peine d’être vécue - les relations, le travail, la maîtrise de soi.

Mais je pense qu’on ne regarde souvent pas au bon endroit.

À combien d’endroits de ta vie as-tu encore le réflexe de te penser libre parce que tu remplis une case ?

Combien de fois as-tu la pensée qu’une fois en couple/avec un bon travail ou un bon salaire, tu seras enfin respecté.e, vu.e, apaisé.e parce que plus normal.e, plus « dans le vent », plus stylé.e ?

Je suis traversée par ce type de pensées 1001 fois par jour.

C’est comme des rafales qui viennent chahuter la barque sur laquelle j’avance - ma décision de respecter mes envies, mon rythme, mon chemin, quitte à être différente. 

On est facilement inspiré par les mystères des histoires, mais qu’en est-il de ceux que l’on vit au quotidien ?

Tu sais ce qui me passionne autant dans la création d’une histoire ? C’est partir à la rencontre d’un héros unique, qui a ses propres failles, ses propres désirs, ses propres peurs, sa propre façon d’oser ou de reculer, de tomber et de se relever, ses propres habitudes et ses propres souffrances, ses propres étapes de vie.

Le chemin par lequel il passe - et qu’en structure narrative on nomme « le chemin du héros » - ne ressemble à aucun autre, quand bien même il respecte une structure universelle.

Car nous sommes tous des humains uniques et connectés à la fois. Nous sommes à la fois si proches et si différents.

Et c’est cela même qui est beau, qui est magique et qu’on oublie (trop) souvent : c’est en osant être différent, en osant suivre ses étapes de vie sans les masquer/les déformer/les contorsionner pour qu’elles entrent dans des cases, qu’on tisse de véritables liens entre nous.

La différence rapproche.

La complexité des parcours de vie unifie.

Pour le simple fait qu’on possède tous un coeur qui bat pour vivre libre et un mental qui veut se sécuriser dans des schémas préétablis. 

Vivre ensemble, Blue Jay, Lehmann

Blue Jay, Alexandre Lehmann, 2016.

Comment quitter les cases ou éviter de tomber dedans, si on désire vivre pour soi et non pour répondre à un schéma ?

Il n’y a pas de réponse toute faite.

Il n’y pas de solution miraculeuse.

Par contre, il y a un premier pas : celui de reconnaître qu’on agit bien souvent par conditionnement et qu’on s’est oublié en chemin.

S’oublier en chemin, sur son propre chemin de vie, ça peut paraître aberrant, non ?

Voici trois pistes pour, petit à petit, réapprendre à vivre auprès de soi.

1/ Se créer de l’espace pour réapprendre à se découvrir.

Une journée overbookée laisse peu de possibilités de prendre du recul sur une situation, d’apercevoir des solutions ou des débuts de réponse à où on en est.

Alors, je t’invite à prendre le temps. À prendre du temps pour te retrouver. Dans le calme, dans la lenteur, dans un silence qui n’appartient qu’à toi.

Réserve-toi des plages de 15min ou plus, où… tu ne fais rien de précis. Observe le paysage, balade-toi, prends des feuilles de papier à la terrasse d’un café. Pour peu à peu, faire de l’ordre dans ta tête, dans tes ressentis et définir où tu te sens peut-être coincé.e, frustré.e, empêché.e dans ta vie et où tu te sens au contraire épanoui.e, satisfait.e ou encore inspiré.e.

Car la réalité, c’est qu’à force de respecter des manières de vivre codifiées, on ne sait plus du tout comment on fonctionne. Ce qu’on désire vraiment. Ce qui nous fait du bien.

Du coup, je t’invite à redécouvrir le joyau que tu es et qui sommeille peut-être encore en toi.

2/ Réapprendre à rêver.

Et à s’amuser à croire à nouveau que tout est possible !

S’il y a bien un conditionnement qui vient avec l’obligation de suivre des cases, c’est celui de penser que notre chemin est figé dans un moule. Qu’il n’y a pas 36 000 solutions, qu’on est limité.e par notre argent ou notre couleur de peau. Selon les situations, ça demandera une dose de courage et de persévérance, mais la Vie a bien plus d’imagination que toi à ce niveau-là.

Alors, redonne-toi le droit de voir grand. Laisse ton esprit partir dans toutes les directions.

Tu désires travailler à mi-temps et voyager régulièrement ? Liste 10 versions possibles de cette vie-là. Tu pourrais aller jusqu’à 1000 et au-delà. Dépasse tes croyances que ce sera trop compliqué, trop fou pour être vrai, et écris tes solutions.

Si tu veux un aperçu de la puissance de ton imagination, ce thème est abordé dans mon histoire courte Les Histoires de ta vie (accessible aux abonnés à la newsletter). 

C’est d’ailleurs un thème que j’explore aussi dans mon roman Le Joyau (en cours d’écriture), car il y a beaucoup à dire à ce sujet 🙂

3/ Réapprendre à croire en son chemin

Suivre des règles extérieures donne l’illusion d’être en sécurité. En contrôle d’une certaine structure qui évite que tout s’effondre. On se crée des identités autour : je suis une épouse respectable, je suis une architecte connue, je suis une jeune fille docile, je suis un homme d’affaire influent, je suis un homme séduisant. Ou bien encore : je suis une fille timide, je suis un homme coincé, je suis transparente.

Peu importe.

On s’en fout.

Tout cela, ce sont des images que tu as choisi de faire tiennes.

L’important, c’est de revenir maintenant à ce qui compte pour toi. Qui désires-tu être ? Que désires-tu réaliser en ce moment dans ta vie ?

Et ensuite, avoir la foi que c’est possible. Que ce chemin tout à coup différent, hors des cases, sera toujours là pour toi. Que tu as en toi une force indomptable, que personne ne pourra jamais t’enlever, ainsi qu’une boussole intérieure qui te guide d’étapes en étapes.

Croire en sa différence demande de voir les choses sous un nouvel angle. Un angle où tout ne s’effondre pas si je transgresse les règles. Où les opportunités naissent au coeur même du courage d’oser, d’aller voir, d’y croire. 

On nous a désappris à voir notre force et notre beauté intrinsèques. Elles existent pourtant. Elles sont là. Il suffit juste de les réveiller.

Laisse la magie opérer

Voilà ce que j’avais envie de te partager aujourd’hui : reconnecter avec soi, oser vivre dans toute sa splendeur et y croire de tout son coeur.

Tu ne vis pas pour cocher des cases.

Tu es là pour être toi.

Pour faire tes propres expériences de vie 

Et pour goûter à ta propre magie.



«

»

2 COMMENTS

  • Nelly

    Tu as vraiment un don pour poser les mots justes.
    Merci pour tes textes. Tu mérites d’être lue !

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.